Skip to content

Catégorie : Travail législatif

Interventions en séance

Jeudi 29 février à l’Assemblée nationale : examen de 10 propositions de loi cosignées par Jérôme Guedj et les députés socialistes

Dans le cadre de la niche parlementaire du groupe Socialistes et apparentés, Jérôme Guedj et l’ensemble des députés du groupe contrôlent, ce jeudi 29 février, l’ordre du jour de l’Assemblée nationale.
Ainsi, de 9:00 à minuit, la représentation nationale se prononcera sur 10 textes cosignés par Jérôme Guedj, sur des sujets allant de la réduction du prix de l’électricité au renforcement des mesures contre les pénuries de médicaments, en passant par la reconnaissance et la réparation de la responsabilité de l’État dans le scandale du Chlordécone, le gel du prix des transports en Île-de-France ou le rétablissement de la garantie universelle des loyers.
En bref : des mesures claires de justice sociale et de solidarité, qui servent directement le pouvoir d’achat et la vie quotidienne du plus grand nombre d’habitants de ce pays.

Lire l'article
Interventions en commission

La majorité refuse le gel du prix des transports en commun pendant les JO 2024 !

Le 13 février, Jérôme Guedj a défendu, aux côtés d’Olivier Faure et des députés socialistes, la proposition de loi visant à geler les tarifs des transports publics franciliens pendant les jeux Olympiques et Paralympiques de 2024. La majorité s’y oppose !
En effet, alors que, selon la RATP, entre 1 et 1,5 million de voyageurs supplémentaires sont attendus quotidiennement dans les transports sur la période des Jeux (en plus des 10 millions d’usagers franciliens), Île-de-France-Mobilités a annoncé, en novembre 2023, une explosion des prix.
Avec cette décision, le prix du ticket de métro va presque doubler du 20 juillet au 8 septembre 2024, passant de 2€10 à 4€, tandis que le prix du ticket de RER vers la banlieue augmentera également, passant à 6€.
90% des utilisateurs prévisionnels du réseau de transport francilien seront des français venus de tout le pays et ces hausses impacteront disproportionnellement les personnes précaires, qui ne peuvent anticiper l’achat de tickets. Alors, la proposition socialiste était claire : empêcher toute augmentation des transports publics franciliens entre le 20 juillet et le 8 septembre en finançant la mesure, évaluée à 200 millions d’euros, par le biais des touristes les plus fortunés de la capitale. Il suffit d’augmenter la taxe de séjour des seuls palaces et hôtels de luxe parisiens.
Car, cette taxe de séjour, qui est payée par tout un chacun lors d’une nuit à l’hôtel, est ridiculement faible pour les plus riches résidents. À l’hôtel Bristol, dans le 8ème arrondissement de Paris, la réservation d’une seule nuit pour le 23 juillet 2024 est facturée 2620€. Actuellement, la part de la taxe de séjour dans ce prix est de 15€, soit 0,5% du prix total.
Transformer ces 15€ en 51€ suffirait à financer le surcoût estimé par IDFM et à permettre à l’immense majorité des utilisateurs de ne pas avoir à payer pour l’impréparation de Valérie Pécresse, responsable des transports dans sa région.
Cette mesure, de justice sociale et d’intérêt du plus grand nombre face aux privilèges d’une minorité ultra-privilégiée, était précisément chiffrée et ne demandait qu’à être débattue.
Malheureusement, les députés de la coalition présidentielle, de nouveau alliés avec l’extrême-droite, ont tué dans l’œuf l’examen de ce texte, estimant visiblement qu’il était plus juste de faire payer les classes moyennes et populaires que de toucher à la primauté des plus riches.
Lorsqu’un surcoût est établi, la seule question est de savoir qui le paiera. Alors que le président de la République lui-même déclarait, en juillet 2022, que « Les Jeux doivent financer les Jeux », toutes les franges de la droite se sont réunies pour voter contre une contribution plus juste des touristes les plus aisés, au détriment du plus grand nombre. Triste rappel, s’il en fallait, des intérêts défendus par ces formations politiques.
Alors que la qualité des transports en commun franciliens se dégrade chaque jour et que leurs prix ne cessent d’augmenter, Jérôme Guedj et les députés socialistes continueront de se battre pour un accès à des transports de qualité pour toutes et tous et pour un service public des transports efficace !

Lire l'article
Interventions en commission

La République doit reconnaitre sa responsabilité dans le scandale du chlordécone

Avec mon collègue Elie Califer, député de Guadeloupe, nous défendons aujourd’hui une proposition de loi visant à reconnaître la responsabilité de l’État et à indemniser les victimes du chlordécone.

Il est crucial que la République reconnaisse sa responsabilité. Il y a eu une protection sanitaire à deux vitesses parce que le sujet était ultramarin.

Il faut également en tirer les conséquences : dépollution et indemnisation des victimes.

C’est une question de justice sociale et environnementale !

Lire l'article
Mobilisations

Le tour du grand-âge se poursuit en 2024 !

Dans la perspective d’une année 2024 que l’on espère riche en débat sur l’adaptation de notre société au vieillissement, Jérôme Guedj a poursuivi, dès la rentrée parlementaire, son tour de France du grand-âge.

D’abord à Barentin, en Normandie, aux côtés notamment de Gérard Leseul puis à La Rochelle, avec Luc Carvounas, en Charente-Maritime, à l’invitation de la fédération socialiste locale. Dans ce contexte, le mot d’ordre est toujours le même : rencontrer les patients, professionnels et populations concernées afin de réfléchir et travailler ensemble, au plus près du terrain, à un nouveau système de prise en charge de nos vieux

Les prochaines étapes du tour de France arrivent prochainement !

Lire l'article
Politique

Pour une loi grand-âge digne de ce nom, on maintient la pression !

Alors que le remaniement a vu se constituer un “super-ministère” sous l’égide de Catherine Vautrin, Jérôme Guedj lui a adressé, peu après sa nomination, un courrier lui demandant de réaffirmer l’engagement des ministres Élisabeth Borne et Aurore Bergé en faveur d’une réelle loi de programmation du grand-âge.
En effet, la situation est inquiétante. Depuis ce courrier, la ministre, tout comme son nouveau supérieur, le premier ministre Gabriel Attal, n’ont pas communiqué sur le sujet. Pire encore, lors de la déclaration de politique générale, ce dernier n’a pas daigné accorder plus de deux phrases au futur des personnes âgées.
Nous serons vigilants et continuerons de militer pour une loi grand-âge digne de ce nom.

Lire l'article
Politique

Vote pour la constitutionnalisation de l’IVG : une victoire décisive pour les droits des femmes !

Ce mardi 30 janvier, dans la soirée, les députés ont eu la chance de pouvoir voter en faveur d’une avancée importante dans le combat pour les droits des femmes, en élevant le droit à avoir recours à une interruption volontaire de grossesse au rang constitutionnel.

Après avoir déjà voté pour le remboursement à 100% de l’IVG en 2012, Jérôme Guedj a ainsi pu participer à inscrire ce droit fondamental des femmes à disposer de leurs corps dans la constitution de notre pays.

Cette demande historique des associations féministes et de la société civile est également le fruit d’un quasi-consensus politique, puisque l’initiative a été adoptée par l’Assemblée à 493 voix pour et 30 contre, toutes issues de la droite et de l’extrême-droite.

Au tour du Sénat, maintenant, de permettre définitivement cette avancée majeure pour notre société !

Lire l'article
Politique

Gabriel Attal, nouveau visage d’une vieille politique 

Comme l’ensemble des députés de gauche, Jérôme Guedj n’attendait pas grand chose de la déclaration de politique générale du nouveau premier ministre Gabriel Attal, puisqu’il était connu d’avance que celui-ci ne solliciterait pas de vote de confiance de l’Assemblée nationale.

C’est ainsi que, sans surprises, l’éphémère ministre de l’Éducation nationale aujourd’hui à la tête du gouvernement, a présenté une feuille de route estampillée “à droite toute”, prouvant par la même occasion qu’il perpétuerait la méthode de sa prédécesseure, en naviguant à vue et sans considération pour la représentation nationale.

C’est pour cela que l’ensemble des députés de gauche, dont Jérôme Guedj, ont voté ce lundi 5 février en faveur d’une motion de censure déposée à l’encontre de ce nouveau gouvernement.

Plus inquiétant encore : pas un mot sur la future loi de programmation pour le grand-âge…

Lire l'article
Politique

Loi immigration : la majorité présidentielle acte la fin de notre idéal de société

Malheureusement, l’année politique 2023 s’est terminée de la pire des manières, après l’adoption de la loi immigration de Gérald Darmanin, votée par les partis de la majorité présidentielle et adoptée uniquement grâce aux voix de l’extrême-droite.

Politiquement, cet épisode douloureux signe la fin du « en même temps » voulu par la Macronie et consacre une cohabitation de fait avec la droite et l’extrême-droite. Ce vote n’est ni plus ni moins qu’un affront pour tous les démocrates républicains qui se sont bouchés le nez par deux fois pour voter pour le candidat Macron, dans le seul but d’empêcher la réalisation du programme de Marine Le Pen.

Lire l'article