Skip to content

Étiquette : Grand âge

Politique

Le gouvernement refuse encore une fois de s’emparer des réponses concrètes aux besoins du grand âge

La semaine dernière, le Comité Economique, Social et Environnemental (CESE) a présenté et adopté son avis intitulé “Soutenir l’autonomie : les besoins et leurs financements”.
Jérôme Guedj a assisté à la délibération, pour constater encore une fois que le gouvernement refuse de s’emparer des propositions pertinentes pour le grand âge. Le CESE, après une consultation citoyenne, a construit un avis extrêmement riche et pertinent, qui montre que les solutions que Jérôme Guedj et le groupe Socialistes et apparentés portent à l’Assemblée depuis plusieurs années sont les plus sensées pour répondre aux besoins du grand âge.

Lire l'article
Politique

La mobilisation continue, une réelle loi grand-âge : vite !

Aujourd’hui est une journée charnière pour la politique du grand-âge de notre pays. En fin de journée, les députés seront appelés à voter sur les conclusions de la commission mixte paritaire de la proposition de loi bien vieillir du gouvernement.
Ce texte, qui comporte bien certaines mesures allant dans le bon sens, ne peut cependant être qu’une première brique, et le gouvernement procrastine depuis des années, de manière éhontée, sur la présentation d’une réelle loi ambitieuse de programmation du grand-âge. Et pourtant, la ministre Aurore Bergé ainsi qu’Élisabeth Borne, lorsqu’elle était première ministre, s’étaient solennellement engagées sur la présentation, avant l’été 2024, d’un tel texte, dans l’hémicycle de la représentation nationale.
Depuis la nomination de Gabriel Attal à Matignon, le silence du gouvernement sur son propre engagement est assourdissant. Rien dans sa déclaration de politique générale, rien lors des questions au gouvernement, et rien lors des nombreuses expressions publiques qui portent sur ce sujet pourtant crucial.
C’est pourquoi, aux côtés d’un grand nombre de députés d’opposition, j’ai tenu à augmenter et maintenir la pression sur le gouvernement, afin qu’il tienne ses propres promesses.
Dès lundi 18 mars à la première heure, j’ai participé à une réunion avec 3 conseillers du cabinet du premier ministre sur la nécessité de présenter une loi grand-âge. Puis, dans l’après-midi, le groupe socialiste de l’Assemblée nationale a largement diffusé un communiqué de presse très clair : sans engagement renouvelé, le vote des mesurettes, ce sera sans nous.
Ce mardi 19 mars, la mobilisation s’est poursuivie. J’ai eu l’occasion de m’expliquer, dès 8h20 sur France Inter, en confrontant la rapporteure du texte, la députée Annie Vidal, à ces incohérences politiques, à la suite d’une belle intervention de Victor Castanet, auteur du livre « Les Fossoyeurs » sur le scandale Orpéa.
Ensuite, en début d’après-midi, un courrier signé par 8 présidents de groupes politiques de l’Assemblée nationale et du Sénat, de gauche comme de droite, demandant officiellement un engagement sur une véritable loi grand-âge, a été adressé à Gabriel Attal.
Malgré tout cela, lors de la session des questions au gouvernement qui a eu lieu à 15h ce mardi après-midi, la procrastination s’est poursuivie. Interrogée directement par Annie Vidal, une députée de sa propre majorité, la ministre Fadila Khattabi a refusé de s’engager et a poursuivi la tartufferie gouvernementale sur le sujet.
Notre cap est clair, les dangers du mur de la transition démographique sont trop imminents, et nous, députés socialistes et de l’opposition, agirons en conséquence.
Nous ne participerons pas à une énième opération de communication du gouvernement.
Nous ne serons pas les idiots utiles de l’abandon institutionnalisée des personnes âgées.
Nous présenterons une motion de rejet préalable avant le débat sur les conclusions de la commission mixte paritaire de ce jour et, si celle-ci ne devait pas aboutir, nous voterons, la mort dans l’âme, contre ces conclusions.
Pas par opposition irresponsable, mais par cohérence politique et intellectuelle, au service de nos vieux.
Ce sera sans nous.

Lire l'article
Mobilisations

Le tour du grand-âge se poursuit en 2024 !

Dans la perspective d’une année 2024 que l’on espère riche en débat sur l’adaptation de notre société au vieillissement, Jérôme Guedj a poursuivi, dès la rentrée parlementaire, son tour de France du grand-âge.

D’abord à Barentin, en Normandie, aux côtés notamment de Gérard Leseul puis à La Rochelle, avec Luc Carvounas, en Charente-Maritime, à l’invitation de la fédération socialiste locale. Dans ce contexte, le mot d’ordre est toujours le même : rencontrer les patients, professionnels et populations concernées afin de réfléchir et travailler ensemble, au plus près du terrain, à un nouveau système de prise en charge de nos vieux

Les prochaines étapes du tour de France arrivent prochainement !

Lire l'article
Politique

Pour une loi grand-âge digne de ce nom, on maintient la pression !

Alors que le remaniement a vu se constituer un “super-ministère” sous l’égide de Catherine Vautrin, Jérôme Guedj lui a adressé, peu après sa nomination, un courrier lui demandant de réaffirmer l’engagement des ministres Élisabeth Borne et Aurore Bergé en faveur d’une réelle loi de programmation du grand-âge.
En effet, la situation est inquiétante. Depuis ce courrier, la ministre, tout comme son nouveau supérieur, le premier ministre Gabriel Attal, n’ont pas communiqué sur le sujet. Pire encore, lors de la déclaration de politique générale, ce dernier n’a pas daigné accorder plus de deux phrases au futur des personnes âgées.
Nous serons vigilants et continuerons de militer pour une loi grand-âge digne de ce nom.

Lire l'article
Politique

Le tour du grand-âge a fini son année 2023 en Seine-et-Marne et continue en 2024

Le mercredi 6 décembre dernier, Jérôme Guedj a poursuivi son Tour de France du grand-âge avec un déplacement en Seine-et-Marne. Accompagné d’Olivier Faure, député de Seine-et-Marne et premier secrétaire du Parti Socialiste, il a visité un EHPAD local et tenu une réunion publique sur le bien-vieillir et les enjeux d’autonomie.
Revaloriser les salaires, œuvrer à une réelle reconnaissance des métiers du soin et de la prise en charge des personnes âgées, rendre attractif les formations professionnelles menants à ces métiers, sortir de la logique marchande appliquée aux EHPAD et mettre en œuvre une politique basée sur les besoins réels des résidents et des professionnels du secteurs… Les chantiers sont nombreux et importants.
Ces échanges avec les premiers et premières concernées par ces choix politiques sont cruciaux pour nourrir le travail parlementaire et l’engagement de votre député.
Lui et les députés socialistes veilleront à ce que l’ensemble de ces sujets trouvent leur juste place dans le futur travail législatif sur le grand-âge, obtenu de la part de la ministre Aurore Bergé lors des derniers débats sur le bien-vieillir.

Lire l'article
En circonscription

Retour sur l’atelier législatif à Morangis, pour parler grand-âge et isolement

Les ateliers législatifs en circonscription se sont, eux aussi, poursuivis en fin d’année !
Le mercredi 14 décembre, Jérôme Guedj était à Morangis, pour travailler avec les habitants de la circonscription autour de l’importance du lien intergénérationnel pour lutter contre l’isolement des personnes âgées.
À cette occasion, il a pu compter sur les contributions et la présence de Jean-Christophe Marais, représentant de l’association Petits Frères des Pauvres, qui accompagne les personnes âgées, prioritairement celles en situation de pauvreté, ainsi que sur Nicole Boisseau, directrice de la Maison Geneviève Laroque, l’EHPAD public de Morangis.
Les retours d’expérience, témoignages personnels et remontées des réalités des communes de la circonscription sont essentielles à Jérôme Guedj, pour porter efficacement ces voix à l’Assemblée nationale, à l’aune des débats sur le grand-âge promis par Aurore Bergé en novembre dernier.

Lire l'article