Skip to content

Catégorie : Tribune

Interventions dans la presse

“Monsieur le premier ministre, légiférons sur la fin de vie !”

Le 14 janvier, avec 17 autres députés issus de 9 groupes politiques différents, Jérôme Guedj a participé à interpeller le nouveau premier ministre sur la fin de vie. Projet promis de longue date, sujet touchant tout le monde, Jérôme Guedj et ses appels en appellent au gouvernement pour que l’Assemblée nationale puisse enfin se prononcer sur une grande loi sur le droit à mourir dans la dignité

Lire l'article
Interventions dans la presse

« M. le Premier Ministre, un choc en faveur du logement en Île-de-France est vital pour la cohésion sociale et la dignité humaine ! »

« Mes amis, au secours…
Une femme vient de mourir gelée, cette nuit à trois heures, sur le trottoir du boulevard Sébastopol, serrant sur elle le papier par lequel, avant-hier, on l’avait expulsée…
Chaque nuit, ils sont plus de deux mille recroquevillés sous le gel, sans toit, sans pain, plus d’un presque nu. »

Le 1er février 1954, l’Abbé Pierre lançait l’Appel. Il organisa une chaîne de solidarité pour les sans-toits et participa à une prise de conscience nationale sur le sort, dans la société d’alors, des sans-abris.

70 ans plus tard, à même l’asphalte ou sur un bout de carton, dans la rue, les voitures ou les bois d’Île-de-France, plus de 12.700 sans-abris et 150.000 sans domicile fixe survivent, été comme hiver.

70 ans plus tard, le mal-logement prospère et frappe 1,5 million de personnes en Île-de-France avec son lot de souffrances, de violences intrafamiliales parfois, de vies affectées toujours. Et que dire des 783.489 demandes de logement social officiellement en attente dans les préfectures franciliennes… et des millions de locataires pris au piège de l’habitat insalubre, de loyers indignes, de marchands de sommeil, etc.
Depuis 20 ans, les libéraux s’efforcent d’affaiblir le modèle français du logement social en le méprisant, en l’asphyxiant et en le stigmatisant, lui et ses locataires. 70% de la population, pourtant éligible au logement social, devrait donc faire le deuil de ce bien commun, vecteur de dignité, d’égalité, d’émancipation.

2023, année noire
En 2023, les mises en chantier de logements finissent au plus bas depuis… 1993 ! 23 ans après la loi SRU, 64% des communes soumises à l’obligation de compter 25% de logements sociaux ne respectent ni ce minimum légal, ni les objectifs de constructions. Le nombre de demandeurs de logement social atteint un niveau sans précédent. Les bailleurs ont été affaiblis par le pouvoir en place, l’inflation et, plus récemment, par la hausse des taux d’intérêt. Ils ont de plus en plus de mal à rénover l’existant laissant les passoires thermiques en l’état. Les parcours résidentiels sont entravés. La spéculation est maximale face à la pénurie et à la faiblesse des garde-fous. L’offre locative du public comme du privé se contracte en favorisant l’envolée des prix des loyers dans le privé.

Ce terrible constat n’arrête pas l’innovation des opposants au logement pour tous. En Île-de-France, Valérie Pécresse tente d’imposer l’interdiction de construire du logement social dans les communes comptant plus de 30% de logements PLAI/PLUS, à travers le projet de schéma directeur d’aménagement de la Région (SDRIF-E) opposable aux PLU et PLUI. L’application d’une telle mesure, baptisée toute honte bue anti ghetto par son autrice, impliquerait la chute de la production sociale de 21% selon les services de l’État. Un projet politique dépourvu d’études d’impacts qui ne s’accompagne pas de mesures incitatives ou coercitives pour les 50 communes franciliennes hors-la-loi SRU. Un mauvais coup qui intervient alors que le délai d’attente moyen d’un logement social a atteint 10 ans dans la Région. Une tentative néfaste que nous tenterons de contrer lors de l’enquête publique relative au SDRIF-E qui s’ouvrira le 1er février 2024, à défaut d’un véto de l’État sur ce point.

Stop ou encore
L’Île-de-France est à la croisée des chemins : loger dignement sa population ou la chasser par la pénurie ou le prix. Un choc en faveur du logement et la dignité en Île-de-France nous apparaissent vitaux. Les voix qui s’élèvent des territoires, des élus, des locataires et de leurs représentants, des acteurs de la solidarité, du logement, du bâtiment ne peuvent rester lettre morte. Répondre à ce besoin spécifique est un impératif de cohésion sociale tant les inégalités induites sont béantes. Elles nourrissent la colère, la résignation et la perte de confiance dans les pouvoirs publics.

Respect de la loi SRU par l’application d’incitations et de sanctions nouvelles, retour d’une aide à la pierre significative, encadrement des loyers excessifs dans les zones en tension, censure du dispositif régional anti ghetto, rétablissement d’un taux de TVA réduit sur l’ensemble de la production sociale, fiscalité foncière tournée vers la construction, mesures de réduction de délais administratifs, renfort et simplification des aides à la rénovation, rétablissement de l’APL accession, adaptation des aides au logement aux réalités sociales et territoriales, augmentation des capacités d’hébergement d’urgence toute l’année, des actions contre la vacance de logements, création de parcours sécurisés d’accès au logement pour les jeunes, rénovation énergétique, augmentation des taxes sur les logements vacants et les résidences secondaires… Des propositions concrètes sont sur la table avec un unique objectif : résorber la crise et loger dignement toute la population. Cette volonté est-elle partagée au sommet de l’État ?

Face à la gravité de la situation, nous invitons l’État à prendre ses responsabilités. Monsieur le Premier Ministre, le nouveau ou la nouvelle Ministre du Logement, faites vos propositions pour un choc véritable en faveur du logement pour tous en Île-de-France. L’heure est au courage et à l’action véritable.

Emmanuelle Cosse, ancienne Ministre, Conseillère régionale d’Île-de-France
Eddie Jacquemart, Président de la Confédération Nationale du Logement
Céline Malaisé, Présidente du groupe La Gauche Communiste, Ecologiste et Citoyenne de la Région Île-de-France
Stéphane Troussel, Président du Département de Seine-Saint-Denis
Jacques Baudrier, adjoint à la Maire de Paris en charge du logement et de la transition écologique du bâti
Pierre Bell-Lloch, Maire de Vitry-sur-Seine
Patrice Bessac, Maire de Montreuil, Président de l’Etablissement Public Territorial Est Ensemble
Charlotte Blandiot-Faride, Maire de Mitry-Mory, Vice-Présidente de l’Association des Maires de France
Luc Carvounas, Maire d’Alfortville
Patrick Chaimovitch, Maire de Colombes, Vice-Président de la Métropole du Grand Paris
Kader Chibane, Président du groupe Pôle Ecologiste de la Région Île-de-France
Jean-François Delage, Maire du Kremlin-Bicêtre
Adrien Delacroix, Président de Plaine Commune Habitat
Carine Delahaie, Présidente de Valdevy
Elsa Faucillon, Députée des Hauts-de-Seine
Fabien Gay, Sénateur de Seine-Saint-Denis
Alain Gaulon, Secrétaire confédéral de la Confédération Nationale du Logement
Jean-Philippe Gautrais, Maire de Fontenay-sous-Bois
Jérôme Guedj, Député de l’Essonne
Florent Guéguen, Président d’Est Ensemble Habitat
Jean-Jacques Guignard, Président d’IDF Habitat
Patrick Haddad, Maire de Sarcelles
Benoît Hamon, Conseiller régional d’Île-de-France
Jean-Paul Jeandon, Maire de Cergy, Président de la Communauté d’Agglomération de Cergy-Pontoise
Françoise Kern, Président de la Coop HLM Pantin Habitat
Jonathan Kienzlen, Président du groupe Socialiste, Ecologiste et Radical de la Région Île-de-France
Patrice Leclerc, Maire de Gennevilliers, Président du groupe Front de Gauche et citoyen de la Métropole du Grand Paris
Michel Leprêtre, Président de l’Etablissement Public Territorial Grand Orly Seine Bièvre
Sofia Manseri, Présidente de Gennevilliers Habitat
Mathieu Monot, Président de Seine-Saint-Denis Habitat et de la Coop Les Habitations Populaires
Denis Öztorun, Maire de Bonneuil-sur-Marne, Vice-Président de l’Association des Maires de France
Eric Pliez, Maire du XXe arrondissement de Paris, Président de Paris Habitat
Ali Rabeh, Maire de Trappes
Frédéric Ragueneau, Directeur de la Coop Les habitations populaires
Philippe Rio, Maire de Grigny
Laurence Rossignol, Sénatrice du Val-de-Marne
Pascal Savoldelli, Sénateur du Val-de-Marne
Ghislaine Senée, Sénatrice des Yvelines
Sophie Taillé-Polian, Députée du Val-de-Marne
Delphine Valentin, Directrice d’IDF Habitat

Lire l'article
Tribune

Communiqué PS sur la COP28 : Une mention historique, mais pas un accord historique autour des « énergies fossiles » 

Le Parti socialiste a pris connaissance du nouveau projet de décision présenté par la présidence de la COP28. S’il considère que ce texte comporte une avancée historique par rapport à la COP26 en mentionnant explicitement les « énergies fossiles », il ne le considère pas pour autant comme un « accord historique » puisque la mention de leur sortie n’y figure pas.

Lire l'article
Interventions dans la presse

Transports : « Ce n’est pas aux usagers franciliens de payer les mauvais choix de Valérie Pécresse » (Marianne)

Pour financer les transports en commun franciliens, la présidente de la Région Île-de-France Valérie Pécresse et le gouvernement ont signé un protocole qui fait payer une note salée aux usagers. Les élus socialistes de la Région Île-de-France, ainsi que les députés et sénateurs socialistes franciliens, signent une tribune pour expliquer que la hausse du coût des transports en commun pour les Franciliens n’est pas une fatalité.

Lire l'article
Politique

Ne fermons pas la porte à l’Union aux européennes

Je soutiens dans une tribune, avec d’autres députées et députés de la Nupes, la proposition d’un programme commun pour les élections européennes, publiée par les organisations de jeunesse de LFI, du PS, d’EE-LV et de Générations.s. Suivons leurs exemples et rendons possibles ces efforts convergeant vers une union aux européennes !

Lire l'article